Le petit Paris « Tentative probablement vaine de renouveler l’urbanisme contemporain », de Florian Rodriguez et Mathieu Zimmer, paru aux éditions deux degrés.
Le   Grand   Prix   du   Livre   d’Architecture   2015   a   été   attribué   le   16   octobre   dernier depuis le Grand-Duché du Luxembourg, au livre  :
Le    jury    a    été    vivement    séduit    par    cette    contre-proposition    humoristique    et décapante    aux    réponses    apportées    par    les    10    équipes    internationales    de    la compétition du Grand Paris. Les    auteurs,    Florian    Rodriguez    et    Mathieu    Zimmer,    tous    deux    urbanistes,    ont publié   cet   ouvrage   en   auto-édition   en   faisant   appel   à   une   souscription   publique sur    le    net.    Illustré    de    nombreux    schémas,    cartes    et    dessins    réalisés    par    le graphiste   Martin   Lavielle,   cet   ouvrage   est   jubilatoire   et   rafraîchissant.   Avec   l’art du    contre-pied,    ce    traité    d’urbanisme    qui    n’en    est    pas    un,    invite    à    revoir    la fabrication   de   la   ville   à   partir   des   usages,   de   l’existant   et   des   émotions   humaines, en   assumant   une   part   d’imprévu   et   l’introduction   de   la   joie   et   de   la   légèreté   dans une discipline qui se normalise chaque jour davantage .
Les   auteurs   partent   de   l’hypothèse   qu’il   est   absurde   de   planifier   le   Grand   Paris alors    que    54%    des    franciliens    rêvent    de    le    quitter.    Ils    proposent    alors    une stratégie   de   diminution   de   la   métropole   dans   une   logique   d’amélioration   des conditions   de   vie   pour   ceux   qui   y   restent.   Dans   ce   processus,   ils   démontent   la plupart   des   arguments   en   faveur   du   Grand   Paris,   revoient   les   grands   thèmes récurrents    de    l’urbanisme    contemporain    et    proposent    des    solutions    dont l’apparente   désinvolture   ou   la   formulation   abrupte   met   pourtant   en   évidence des pistes réelles d’invention. Le    ton    affiché    est    celui    de    l’humour,    de    la    critique,    du    second    degré    et    de l’absurde,   avec   l’envie   de   ne   pas   se   prendre   au   sérieux   mais   de   questionner   les certitudes    d’un    monde    professionnel.    En    parlant    depuis    le    point    de    vue    de l’habitant   et   en   s’autorisant   une   impertinence   bienfaitrice   à   propos   de   la   bonne pensée urbaine ils offrent un regard inédit sur leur discipline. Premier   ouvrage   de   jeunes   professionnels   aspirant   à   un   avenir   enthousiaste,   ce livre   est   le   seul   traité   d’urbanisme   qui   se   lit   en   vacances   avec   autant   de   plaisir qu’un bon roman. La    première    édition    –    limitée    à    1000    exemplaires    -        étant    épuisée,    le    jury    a souhaité    que    l’attribution    du    Grand    Prix    du    Livre    d’Architecture    constitue    un tremplin vers une seconde édition. La    souscription    est    donc    relancée        !    Commandez    votre    «        Petit    Paris        »    dès maintenant        à    cette    adresse        ou    procurez-vous    le    en    version    numérique        : http://boutique.deuxdegres.net/
La sélection finale et les mentions spéciales du Grand Prix du Livre d’Architecture
A    partir    de    presque    300    références,    le    jury    a    sélectionné    8    ouvrages    qui répondent   aux   valeurs   humanistes   et   pionnières   qui   fondent   l’esprit   du   Grand Prix    du    Livre    d’Architecture.    Dans    cette    sélection    finale,    apparaissent    ainsi plusieurs tendances  :
   La   nécessité   de   penser   l’architecture   en   fonction   des   changements globaux, à partir d’approches philosophiques et éthiques  ;             Le    rôle    croissant    de    la    recherche,    qu’elle    soit    académique    ou adossée à des agences, pour renouveler les concepts et les pratiques  ;             Et    le    recours    à    l’humour    et    à    l’impertinence    comme    outils    de distanciation et de mise à l’épreuve des tendances dominantes.
Dans cette sélection finale, le jury a souhaité attribuer 3 mentions spéciales  :
  Stream3 revue d’architecture « Habiter l’anthropocène ».   Presses du réel.
      «   Recycler   l’urbain   :   pour   une   écologie   des   milieux   habités      »,    sous la    direction    de    Roberto    D’Alienzo    et    Chris    Younès,    MetisPresses, Lausanne, 2014
        «    A    travers    le    mur    »,    de    Jean    Charles    Depaule,    Parenthèses, Marseille, 2015 (réédition).
  Stream3 revue d’architecture « Habiter l’anthropocène »,   Presses du réel.
Il   s’agit   du   3ème   numéro   d’une   revue   biennale   portée   par   Philippe   Chiambaretta, architecte   fondateur   de   l’agence   PCA,   invitant   de   nombreux   auteurs   autour   d’un thème.      Cette   revue   s’affirme   comme   un   espace   de   réflexion   pluridisciplinaire, véritable    laboratoire    de    l’agence    PCA    mais    aussi    et    surtout    comme    un    lieu d’échanges   visant   à   capitaliser   la   pensée   architecturale   et   urbaine.   D’une   grande qualité   d’édition,   cet   ouvrage   témoigne   d’une   attitude   croissante   des   architectes à   développer   des   démarches   de   recherche   en   parallèle   de   leur   travail   d’agence, signe    encourageant    du    dynamisme    d’une    profession    et    de    sa    capacité    au renouvellement.     Dans     ce     numéro,     les     auteurs     abordent     les     changements globaux    à    l’heure    de    l’anthropocène,    terme    qui    désigne    une    nouvelle    ère géologique   dans   laquelle   l’activité   humaine   est   devenue   la   force   géophysique prédominante.   De   fait,   cette   question   abordée   du   point   de   vue   de   l’architecture ouvre   à   un   regard   responsable   sur   une   profession   qui   est   au   cœur   des   mutations en cours. Avec   notamment   des   contributions   de   Saskia   Sassen,   Richard   Sennett,   Nicolas Bourriaud, Michel Lussault, Etienne Klein
    «    Recycler    l’urbain    :    pour    une    écologie    des milieux   habités   »,     sous    la    direction    de    Roberto D’Alienzo et Chris Younès, MetisPresses, Lausanne, 2014
Certes,    le    recyclage    est    à    la    mode    mais    comment    passer    d’une    aspiration citoyenne    à    sa    mise    en    pratique    à    grande    échelle        ?    C’est    ce    que    tentent d’envisager     les     auteurs     de     cet     ouvrage     collectif     en     invitant     à     revoir     les paradigmes   que   nous   utilisons   pour   penser   l’urbain,   sur   la   base   d’une   vision métabolique   de   la   ville.   Ouvrant   sur   une   approche   philosophique   et   éthique   très nourrie   du   principe   de   recyclage,   l’ouvrage   décrit   ensuite   les   mécanismes   en œuvre   dans   les   actions   de   transformation   avant   de   conclure   sur   des   pistes   et   des expérimentations.   A   la   lecture   de   cet   ouvrage   instruit,   alimenté   par   des   travaux de    recherche    comme    par    les    apprentissages    de    la    pratique,    on    sort    avec    la conviction     que     la     ville     est     un     organisme,     dont     le     fonctionnement     et     la transformation    relèvent    davantage    des    règles    du    vivant    que    de    celles    des disciplines avec lesquelles nous avons tendance à l’aborder. Cette    approche    transdisciplinaire    et    collective,    incluant    des    contributions    de Paola   Vigano,   Patrick   Bouchain,   Edgar   Morin,   Lucien   Kroll   et   André   Guillerme, apparait comme une solide base pour radicalement revoir la pensée urbaine.
      «   A   travers   le   mur   »,   de   Jean   Charles   Depaule, Parenthèses, Marseille, 2015 (réédition).  
Le    jury    a    été    séduit    par    ce    travail    réédité,    car    il    fonctionne    comme    une démonstration    parfaite    du    chemin    qu’il    faut    parcourir    pour    comprendre    une culture   qui   nous   est   étrangère.   A   travers   une   étude   de   cas   de   villes   du   monde arabe,   l’auteur   met   en   évidence   le   lien   entre   les   usages   et   l’architecture,   générant des   formes   et   des   dispositifs   que   l’on   ne   peut   comprendre   qu’en   s’immergeant dans   les   vies   des   gens   qui   la   façonnent.   A   partir   de   sa   connaissance   de   la   langue et   de   la   culture   du   monde   arabe,   à   partir   de   son   expérience   d’habitant   de   ces diverses    cités,    l’auteur    décortique    la    réalité    bâtie    et    nous    amène    à    saisir    sa profondeur   et   sa   complexité.   Cette   analyse,   extrêmement   précise,   rigoureuse   et scientifique    nous    touche    par    ce    qu’elle    révèle    de    poétique    dans    la    culture musulmane.   Une   approche   anthropologique   qui   rappelle   que   l’architecture   est bien cette troisième peau, expression aboutie de la culture d’une société.
    «    Vers    la    sobriété    heureuse    »,    de    Pierre    Rabhi,    Babel éditions,   livre   témoignant   de   l’expérience   de   l’auteur   dans   la recherche   d’un   mode   de   vie   à   faible   impact   écologique   et qui invite à une société plus frugale et inspirée  ;
Et   enfin   les   autres   ouvrages   de   la   sélection   finale   du   jury   du   Grand   Prix   du   Livre d’Architecture sont  :
    «    L’architecture    du    jour    d’après    »,    de    Toyo    Ito,    Les Impressions      nouvelles      éditions,      ouvrage      délicat      et émouvant   qui   raconte   le   rôle   et   la   pensée   d’un   architecte dans   la   reconstruction   d’une   ville   détruite   par   un   tsunami au Japon  ;
  « Désastres urbains », de Thierry Paquot, aux éditions La Découverte,     ouvrage     qui     met     en     cause     les     modèles dominants dans la production de la ville contemporaine  ;
   «      La   ville   sur   le   divan      »,   de   Laurent   Petit,   aux   éditions   la Contre    Allée,     livre    loufoque    et    hilarant    témoignant    du travail    de    l’Agence    Nationale    de    Psychanalyse    Urbaine créée par l’auteur.
Ville de Val de Briey - 1 place de l’Hôtel de Ville - 54150 BRIEY - France     Tél. : 03 82 47 16 00 - Fax :  03 82 47 16 46    
Remise du Grand Prix du Livre d’Architecture
2017